Régime Dukan

Le régime Dukan, ses phases, ses recettes et son histoire


Régime Dukan - 4 Phases

Régime DUKAN
 
Les régimes, vous connaissez : tous ont échoué. Avez-vous déjà imaginé que, si ça ne marche pas, c'est que le poids espéré ne vous convient pas ? Que votre organisme refuse de descendre à 50 kilos parce que votre hérédité, votre ossature ou encore votre mode de vie ne le permettent pas ?
Fini le yoyo : parce qu'on est toutes différentes, voici un régime et des conseils personnalisés pour atteindre son poids idéal, celui grâce auquel on va enfin se sentir à l'aise dans son jean et dans ses baskets. Objectif : jusqu'à moins 5 kilos en 1 mois et 3 phases avec le pro de la minceur sur mesure, le Dr Pierre Dukan.
 
Les recettes Dukan : Mon régime en 350 recettes
 
Phase 1 : phase d'attaque
 
Cette phase "coup de poing" vise, par une restriction alimentaire poussée mais de courte durée (6 jours), à ravir à l'organisme de 1 à 1,6 kilo. Concrètement, elle consiste à se borner durant 1 à 3 jours aux aliments riches en protéines – mais pauvres en calories – (poissons et fruits de mer, viandes maigres, volaille, jambon, œufs, laitages maigres), puis à y associer des légumes (sauf les féculents : pomme de terre, maïs…). En même temps qu'elle engendre une perte de poids éclair, cette technique maintient la masse musculaire et préserve des fringales, les protéines et les légumes, hyper rassasiants, étant autorisés à volonté.
 
 
Phase 2 : phase de croisière
 
Une fois les premiers kilos envolés, on souffle un peu : cette deuxième étape marque le retour à une alimentation normale, plus diversifiée. Objectif : consolider la perte de poids obtenue sans fatiguer l'organisme et/ou le rendre résistant à force de privation. Durant 3 à 4 semaines selon l'objectif pondéral visé, on continue avec les protéines maigres et les légumes toujours à volonté, mais on ajoute chaque jour 2 fruits et 2 tranches de pain complet, et, chaque semaine, 1 portion (200 g) de féculents cuits (pâtes, riz complet, polenta, semoule…) et 1 repas de gala (entrée + plat + dessert au choix, mais dans des proportions restaurant
 
Phase 3 : phase de stabilisation
 
 
Une fois le poids idéal atteint (et pas moins, sinon, c'est la reprise assurée), on peut enfin stopper le régime à proprement parler, pas les bonnes habitudes acquises. En clair, on reprend une alimentation normale mais équilibrée, et on reste vigilante… à vie. Pour s'assurer un poids stable, on insère un jour tout protéines pour compenser les écarts de la semaine, 1 galette à base de son d'avoine – aliment super rassasiant et amaigrissant – par jour (3 c. à soupe de son + 1 c. à soupe de fromage blanc + 1 œuf + édulcorant ou sel et herbes de Provence, le tout passé à la poêle anti-adhésive), et on boude les escalators, les ascenseurs…

12/05/2010
0 Poster un commentaire

Pourquoi j'ai pris du poid

 

Depuis des années, pour ne pas dire beaucoup trop (25 ans), j'étais une grande fumeuse, je fumais 1 paquet et 1/2 par jour.

Mes enfants me demandaient inlassablement d'arrêter de fumer, je ne pouvais pas, je ne voulais pas. Pour être honnête, l'idée ne me traversait même pas l'esprit Et je ne voulais surtout pas y penser. Rien que l'idée de ne plus avoir ce plaisir me faisait horriblement peur. Qui n'a jamais vraiment penser à arrêter de fumer ? Moi jusqu''il y a peu !

On m'aurait dit que j'allais arrêter de fumer je ne l'aurai pas cru, d'ailleurs, j'aurai surement éclater de rire ! Et ça c'es une certitude.

Puis j'avais arrêter une fois, pendant 3 semaines mais c'était bien plus pour faire plaisir à mon mari qui l'avait décider qu'à moi même. Ce fù donc un échec, ratéer, je reppris de plus belle et lui aussi d'ailleurs.

Puis la dernière semaine d'octobre 2009, tout à coup, j'ai décider qu'il fallait que j'arrête de fumer. On aurait dit que si je n'arrêtais pas, la terre cesserait de tournée !!! Je ne peux pas expliquer le sentiment que j'avais et ce que je ressentais, mai c'était clair, j'allais coute que coute arrêter? IL LE FALLAIT;

Je suis allée voir mon médecin et je lui ais donc expliquer ma démarche mais je savais que sans aide, je n'y parviendrai partout seule.

Et me voici le 31 octobre au soir, en me couchant mettre un patch sur mon bras, juste après « LA DERNIERE » cigarette que je m'autorisais. Je ne l'ai même pas appréciée, je devais donc être à point. Mentalement gonflée à bloc et je savais que là rien ne m'arrêterai….

J'ai pris pendant 1 semaine un comprimé 2 fois par jour afin de me libérée la tête et j'ai continuée les patchs, pendant 3 semaines. Aujourd'hui, ça fait 6 mois que j'ai arrêtée cette foutu cigarette qui parfois me manque, mais je me dis « NON » surtout pas, je change de pièce, fais quelques pas, bois un grand verre d'eau et je pense surtout à autre chose.

Et voilà, je me suis aussi réfugier comme beaucoup dans la nourriture, avec ce besoin malgré tout de comble rle manque et le vide des gestuelles qui nous aident à avancer tous les jours. Et maintenant, j'ai quelques kilos en trop et du coup je me sens mal dans ma peau et dans ma tête, car l'un ne va pas sans l'autre.

A sacrée cigarette, tu me poursuis mais je finirai par être bien dans ma peau et donc dans ma tête.

 


12/05/2010
0 Poster un commentaire